A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2015 > Nouvelles données sur la zoogéographie d’Aphanius Sophiae (Teleostei : (...)

Nouvelles données sur la zoogéographie d’Aphanius Sophiae (Teleostei : Cyprinodontidae) dans le Zagros central (sud-ouest Iran)

mercredi 18 février 2015, par webmaster

Références

Titre d’origine : New data on the zoogeography of Aphanius sophiae (Teleostei : Cyprinodontidae) in the Central Zagros (Southwest Iran)
Auteurs : Zeinab Gholamia, Hamid Reza Esmaeilib, Bettina Reichenbachera
Source : Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters Volume 51, March 2015, Pages 70–82
Publication :Copyright © 2015 Elsevier B.V. or its licensors or contributors. ScienceDirect® is a registered trademark of Elsevier B.V.
Langue : English
Résumé :
Le clade des espèces d’eau douce iraniennes d’Aphanius des bassins de drainage endoréiques et exorheiques contient trois sous-clades, dont le sous-clade Aphanius sophiae avec sept espèces est le plus spécieux. Récemment, deux populations auparavant inconnues d’ Aphanius ont été découverts dans deux bassins isolés ; une dans le Arjan zones humides (Helleh sous-bassin), et l’autre au Semirom (Karun bassin), deux sont situés dans les monts Zagros central (SW Iran). L’objectif de cette étude est d’examiner leur statut taxonomique, d’élucider leurs relations phylogénétiques et de contribuer à des stratégies futures de conservation et de gestion de l’habitat des espèces d’eau douce d’Aphanius en Iran. Les méthodes comprennent l’analyse des données génétiques basés sur l’ADN mitochondrial (cyt b), combinées avec les données méristiques, morphométriques, tailles d’échelle (J-indices) et des données d’otolithes. Les résultats basés sur cyt b indiquent clairement que deux espèces sont présentes dans la Arjan zones humides, une est étroitement liée à A. Sophiae (actuellement pensé être limitée au bassin Kor), l’autre représente Aphanius shirini (précédemment connu seulement de son type localité Paselari printemps). Cependant, des différences phénotypiques significatives ne sont pas présents entre ces deux espèces. La seconde population à partir du printemps Semirom est sœur de A. Sophiae (Kor bassin) selon les données cyt b, mais diffère sensiblement de cette espèce à l’égard du phénotype. La présence de A. shirini dans le Arjan zones humides est probablement être expliqué par l’introduction par l’homme en raison des récentes sécheresses. La similitude des deux espèces présentes dans le Arjan zones humides peut être dû à la plasticité phénotypique, mais aussi l’hybridation pourrait avoir joué un rôle. L’isolement des populations de A. Sophiae est examinée dans le contexte de l’histoire et le changement climatique géologique actif, et il est probable que leur divergence qui se est passé au début ou au Moyen Holocène (c. 11,700-4000 y. Il ya). La présence de A. Sophiae dans le sous-bassin Helleh et le bassin Karun étend la gamme zoogéographique actuellement connue de cette espèce, qui, auparavant, n’a été signalé dans le bassin Kor. Ces connaissances sont importantes pour les stratégies futures de conservation et de gestion de l’habitat.

Retrouvez l’article d’origine (en Anglais)

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF