A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les archives > En 1978 > La chambre d’élevage du reproducteur de Killis

La chambre d’élevage du reproducteur de Killis

vendredi 28 août 2015, par webmaster

LA CHAMBRE D’ELEVAGE DU REPRODUCTEUR DE KILLIS.

par J. Buytaert.

traduit par J. Van den Broeck.

Le killiphile, comme la plupart des aquariophiles, débute par un aquarium d’ensemble ; ou bien la tenue des killis lui est venue de l’entretien d’un aquarium d’ensemble d’autres pois sons et après quelques temps survient la mutation.

Du fait qu’un faible pourcentage d’amateurs commence direc tement par les killis, grande est la probabilité d’avoir un ou plusieurs grands bacs, par exemple pour faire grandir des ca- racidés, lesquels bacs seront utilisés plus tard pour le développement des killis.

A mon avis cette façon de procéder est erronée pour qui veut élever et reproduire des killis sur une grande échelle, et passer, après un certain temps, à ce qu’il est convenu d’appeler une chambre d’élevage.

Habituellement on emploie tous les bacs que l’on peut trouver, et d’autres viendront encore s’ajouter, soit acquis d’occasion, soit fabriqués de quelques glaces récupérées.

Il n’est nullement tenu compte du format, on poursuit un seul objectif ï ’ un bac de plus ’.

Au cas où vous décideriez de tenir plusieurs espèces (et cela viendra bien, croyez-moi) vous ne verrez, dans de telles conditions, pas la fin de vos peines. C’est un fait que la plupart des bacs vendus dans le commerce ne sont pas appropriés à la tenue des killis.

1° parce qu’ils sont généralement trop hauts ;

2° parce qu’ils sont généralement trop peu profonds.

Quel sera donc l’idéal vers lequel tendre quand on en est arrivé à envisager l’aménagement d’un local d’élevage ?

1° standardiser.

2° des bacs peu hauts.

3° chauffer le local.

4° placer les aquariums de façon à faciliter l’alimentation et le changement d’eau.

5° veiller à avoir tout sous la main de façon à ne pas

devoir traverser deux pièces ou plus avec les seaux pour le renouvellement de l’eau des bacs, cela prend inutilement du temps ; de plus, tôt ou tard vous aurez votre épouse à dos suite aux inévitables mouillures.

A présent, nous allons analyser ces points un par un et voir ce qu’il y a lieu de faire si vous avez beaucoup de poissons, de telle sorte que votre hobby ne se transforme pas en esclavage et qu’il vous reste quand même un peu de temps pour observer vos poissons.

1° Standardiser.

L’idéal serait d’avoir un seul et unique format de bac et ce pour les raisons suivantes :tous les bacs doivent avoir

une glace de couverture et celle-ci doit être nettoyée de temps en temps ; s’il n’y a qu’un seul format de bac, il n’y en aura évidemment qu’un seul pour les couvercles qui pourront donc tous être lavés en une fois et reposés indifféremment sur n’importe quel bac. Fini donc le casse-tête de savoir à quel bac appartient tel couvercle, parce qu’en plus et bien souvent ceux-ci sont composés de l’une ou l’autre chute et même parfois de trois pièces par bac de 30 x 20 x 20. Ceci crée des problèmes .

2° des bacs peu hauts.

De grands bacs ne sont vraiment pas nécessaires, j’ai déjà rendu visite à de nombreux amateurs qui possèdent un local d’ élevage et la plupart reviennent à des bacs plus petits, même pour faire grandir leurs poissons. Etant donné que rares sont les nichées de plus de 50 jeunes et vu que l’on peut les diviser cela ne présente pas de problèmes.

Quel est donc le format idéal pour un bac d’élevage ?

A mon avis, 45 x 35 x 20. Dans de tels bacs on peut faire grandir de 25 à 30 killis, pour autant que l’on renouvelle l’eau. Les adultes obtenus dans de telles conditions seront même plus grands que dans un bac de 2 m. dont on ne remplace qu’une faible partie de l’eau.

De tels bacs pourront ainsi être utilisés pour la reproduction continue (recueillir régulièrement les oeufs), mais pour celui qui les trouve trop grands (chez moi de tels bacs contiennent deux trios) il est possible de les envisager plus petits pour faire reproduire un couple ou un trio, la grandeur des bacs n’a que peu d’importance et un petit récipient de 2 litres est déjà très satisfaisant, mais à nouveau, il faut standardiser tous les bacs et pas, 2 de 2 litres, 4 de 4 litres etc « •.

(Le format idéal pour la reproduction de tous les Aphyosemions est de 30 x 13 x 13).

Encore un détail de l’élevage des poissons. C’est un fait bien établi, que le rapport poisson - volume d’eau joue un rôle et non, au moins de poissons au plus ils grandissent. J’ai déjà fait l’expérience suivante : quand dans un bac de 35 x 45 x 20 on fait grandir un seul trio, ces poissons restent plus petits que lorsqu’on y met 3 trios. Ceci proviendrait de ce que dans un bac où il y a plus de poissons, les jeux et les simulacres de combats sont possibles tandis que dans un bac habité par un trio on ne voit presque jamais les poissons.

3° Chauffage du local.

Cela va de soi vu que nous parlons ici d’un local d’élevage et que nous avons donc beaucoup de petits aquariums à traiter.

.4° Emplacement des bacs.

Comment fabrique-t-on donc facilement et à bon marché une étagère pour ses bacs ? Nous prendrons comme matériau des plaques de fibres de bois comprimées en 18-22 mm d’épaisseur.

Vous me direz que ce produit gonfle quand il est mouillé, et c’est vrai, quand on ne les traite pas convenablement avant d’y placer les aquariums.

Comment traiter ces plaques ?

  1. Les scier à mesure ou les acheter telles. (si vous le faites vous-même, travaillez correctement, surtout soigner l’équerrage ; achetées usinées elles le seront parce que sciées à la machine.)
  1. Encoller les à deux reprises. Oui, j’ai bien écrit encoller, avec de la colle de tapissier, mais de la colle aux silicones pour papier vinyl.
  2. Quand elles seront bien sèches, les peindre de deux couches de bonne peinture à l’huile ou synthétique.
  3. Avant d’appliquer la seconde couche, enduisez les chants. Quand toutes les plaques sont ainsi traitées, nous pourrons commencer à les assembler, beaucoup d’explications sont superflues et un croquis sera plus explicite que deux pages de texte. Comme vous le voyez ci-dessous l’étagère est construite de telle sorte que les petites glaces de 35 cm soient vers l’avant.

Autres accessoires.

Tous les bacs seront pourvus d’un filtre intérieur. Ici il y a lieu de standardiser et ce pour les mêmes motifs que les couvercles ; quand vous les nettoyez, n’importe quelle pièce doit s’adapter à n’importe quel filtre, autrement cela devient un puzzle. Si vous employez les petits filtres en mousse ’ Billyfilter ’ d’accord, mais alors partout !

A présent en possession d’une telle installation, il faut penser à renouveler l’eau et la manière la plus rapide de le

faire est la suivante.

En premier lieu siphonnez tous les bacs en y laissant 5 cm d’eau. Ensuite les remplir les uns après les autres. Utilisez de préférence un tuyau en plastic avec robinet, raccordé sur le mélangeur eau chaude et froide. Une fois la température idéale obtenue on commence à remplir.

Le faire avec un seau est impossible vu le peu d’espace entre les bacs, éventuellement cela peut se faire au moyen d’un arrosoir en plastic.

Vous me direz que c’est un travail énorme, n’exagérons rien ; je rafraichis environ CO bacs en 5 heures, nettoyage des glaces, entretien du local, tout compris.

La tourbe filamenteuse ou poudreuse peut être laissée dans les bacs, quand elle est bien imbibée les bacs seront à nouveau clairs en 10 minutes et toute la tourbe déposée.

Un local soigné donnera de la satisfaction à son propriétaire et le stimulera à regarder davantage ses poissons et ce au profit des deux parties. Parce que observer vos poissons vous le devez, et le meilleur moment est celui de la distribution journalière de la nourriture. Le temps nécessaire est d’environ 3 minutes par bac.

Donc nourrir les poissons et vérifier si tout va bien dans les aquariums.

Une fois en possession d’une telle étagère vous tiendrez plusieurs espèces de poissons et chacune en plusieurs exemplaires ; pour cela ne prendre aucun risque ; chaque poissons qui présentera l’une ou l’autre maladie sera éliminé ou dans les cas les moins graves mis à part. Avec une telle quantité de poissons on ne peut prendre aucun risque. En étant intransigeant on obtient une qualité supérieure et l’élimination des maladies.

Récapitulons, j’ai dit plus avant, 3 minutes par bac, si vous en avez 20 cela fait 1 heure. Celui qui ne peut se libérer une heure par jour ferait mieux de ne pas tenir de poissons en telles quantités, car ce sera là perte de l’argent investi. Mais celui qui peut s’offrir cette heure journalière et, le samedi ou le dimanche, encore 2 ou 3 heures pour le renouvellement de l’eau, aura le plaisir de son hobby et le sentiment d’appartenir à l’élite.

ooooooooooooooo

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF