A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les archives > En 1975 > Aphyosemion batesi (Boulenger,1911)

Aphyosemion batesi (Boulenger,1911)

lundi 28 avril 2014

Aphyosemion batesi (Boulenger,1911)

Dia : E.Pürlz Texte : P.Watteeuw – AKB.20

Historique :

L’espèce fût nommée en l’honneur de G.L Bates.

La description de l’espèce fut basée sur des individus en provenance de Bitye, Est du Cameroun. La localité appartient au bassin du Dja-Sangha-Congo. D’autres spéciments en provenance d’Akonolinga situé en amont de la rivière Nyong furent décrits en tant que A.sjoestedti par Boulenger.

En 1929, Pellegrin signalait l’espèce à Nyabessan, Est du Cameroun. En 1966, Scheel récolta l’espèce à Akonolinga et Abong Mang. En 1970, Radda découvrit l’espèce le long de la route de Sangmélima à Olounou, et également dans un ruisseau près de Nsomi (route Sangmélina – M’balmayo) où il vivait en compagnie d’ A.cameronense qui y vivait en plus grand nombre.

En 1971, Roger Langton (AKA) fut le premier à ramener l’espèce vivante aux USA. C’est sur la même route qu’il récolta A.batesi et A.exiguum. Il ne trouva A.batesi que dans un seul cours d’eau situé à 32 miles au nord de Sangmélina, alors qu’A.exiguum se rencontrait dans tous les marigots des environs.

En janvier 1973, lors d’une nouvelle récolte, le Dr Radda et son équipe parvirent enfin à ramenr deux très belles souches en Europe (60 spéciments) et encore 30 autres en une autre place. Ces deux souches sont celles d’Ayos et d’Ebolowa.

Biotope :

Scheel signale que l’espèce fut découverte dans de l’eau de pH 4,2 – 6,8 et d’un DH de 0,1 à 1,0°.

L’espèce semble être restreinte à la partie forestière du plateau intérieur de l’est du Cameroun et du Nord du Gabon. A.batesi occupant la partie nordique de celui-ci et étant remplacé dans le sud par A.splendidum .

Ils y vivent dans de petits marigots entourés et protégés par une très forte végétation, l’eau n’y a que quelques centimètres de profondeur.

Description :

La partie inférieure du corps et des flancs est d’un intense bleu-vert, les côtés sont parsemés d”une forte densité de points rouges. De très grosses taches rouges, se rassemblent en arrière de l’oeil, formant trois bandes transversales. Les nageoires anale et caudale sont parsemées d’une forte densité de points rouge-pourpre et sont bordées d’une bande jaune d’oeuf. La nageoire dorsale quant à elle, présene une très forte ponctuation mais ne possède pas les bandes de l’anale. Les mâles adultes développent de fortes extensions de la nageoire caudale.

Les femelles sont de teinte légèrement bleutée pour la moitié antérieure du corps avec des points rouges dans la dorsale.

Comportement :

Ces poissons sont de très bons mangeurs, le mâle peut présenter de l’agressivité vis à vis de la femelle et il faudra prévoir pour celle-ci des cachettes où elle pourra se soustraire des avances du mâle. Un aquarium d’assez grandes dimensions est à conseiller pour cette espèce.

Les oeufs sont pondus dans la tourbe du fond ou dans le bas des mops. Les oeufs sont assez grands et éclosent à cinq semaines d’incubation en eau ou peuvent être stockés pour une période de huit semaines au sec.

retrouver cet article dans la revue d’origine de 1975 :

PDF - 2.9 Mo

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF