A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les archives > En 1975 > Epiplatys chaperi (Sauvage 1882)

Epiplatys chaperi (Sauvage 1882)

mercredi 28 mai 2014

Epiplatys chaperi (Sauvage 1882)

Dessin R.Wildekamp Par Heinz O. Berkenkamp

Pour peupler la partie supérieure de l’aquarium les espèces de Panchax d’Asie et d’Afrique sont très indiqués.

Quelques variétés sont maintenues et reproduites pas les killiphiles depuis ces dix dernières années. A quelques exceptions près, ils apparaissent être des poissons d’aquarium habituellement bien coloriés et faciles à maintenir en aquarium d’ensemble et ne nécessite pas des caractéristiques spéciales en ce qui concerne la qualité de l’eau et de la nourriture. Il est cependant nécessaire de prêter attention à la taille des poissons, de telle manière à ne pas placer en présence des petites espèces par exemple des tetra du Congo.

L’espèce ici décrite, Ep. Chaperi, est très indiquée pour l’aquarium d’ensemble, du fait qu’il ne dépasse guère la taille de 70mm. Et ne prennent pas comme nourriture des tetras de taille moyenne. Il est souhaité de les maintenir en compagnie de différentes espèces de Barbus. Une température d’eau entre 22 et 27°C. Est l’idéal. Une valeur de pH de 7 (=neutre) est adéquate mais peut être un tant soit peu plus basse.

Comme c’est bien souvent le cas pour nos poissons d’aquarium, cette espèce possède également un historique fort mouvementé.

Avec le nom “Epiplaty chaperi” nous n’entendons pas parler du panchax à gorge-rouge, tel qu’il était signalé dans la littérature jusqu’en 1964, mais une toute autre variété qui n’était pas encore connue des amateurs aquariophiles dans l’entretemps.

A la suite des recherches d’Arnoult et de Daget (1964), de même que de Clausen et Scheel (1966) nous appelons le ,jusqu’alors, nommé E.chaperi , E.dageti. Ici il apparait encore que pour la famille E.dageti apparaissent deux variétés à savoir E.dageti et E.dageti monroviae. E.dageti monroviae est la nouvelle dénomination exacte pour l’espèce de panchax à bandes transversales.

Comment sommes nous donc arrivés à la confusion entre E.dageti monroviae et E.chaperi ? En janvier 1908 quelques panchax à bandes transversales furent importés par la firme Siggelkow/Hamburg. Johan Paul Arnold, un des plus grands commaisseurs de poissons d’ornements de l’époque, supposa qu’il avait à faire à une nouvelle espèce. Il expédia quelques couples importés préservés à G.A. Boulenger du British Museum/ Londres. Boulenger identifa cette forme en temps qu’ Epiplatys chaperi (Sauvage 1882).

Bien qu’Arnold n’était pas en accord avec cette identification, il utilisa quand même le nom proposé par Boulenger. Dans cette même année, cette sorte fut intensivement reproduite par Arnold et distribuée parmi les amateurs aquariophiles . Jusqu’en 1964, l’E.dageti monroviae fut dès lors connu des amateurs en tant que E. chaperi.

Je me suis moi-même intéressé de savoir les raisons de la confusion créee par Boulenger. A part les caractères morphologiques et méristiques semblables , on peut résoudre cette question de manière assez facile en plaçant dans un bocal un jeune mâle de chacune des deux espèces. En effet, one ne peut que constater une extrême similitude. Ce n’est en effet qu’après avoir atteint un certain stade de croissance que le patron des coloris deviennent clairement différents. Le dessin des bandes transversales reste cependant le même.

Parlons à présent du vrai E. chaperi. Pour éviter aux lecteur le grand manque de clareté de la littérature, nous allons poursuivre sur la dénomination à présent valable.

La variété est à présent subdivisée en deux sous-espèces, qui présentent bien des caractères similaires, mais différents du point de vue du patron des couleurs.

Epiplatys chaperi chaperi provient principalement du Ghana. Il présente de faibles rangées de points et quatre bandes transversales sur le corps. Les nageoires sont verdâtres avec du jaune et de l’orange.

Epiplatys chaperi sheljuszkhoi possède principalement cinq jolies rangées de points rouges à noir sur le corps, les nageoires sont jaunres à verte, pourvues de points, en plus de cela , chez les mâles adultes, une cinquième bande transversale est visible derrière des opercules.

L’élevage des deux espèces n’est pas très difficile. Les oeufs sont principalement déposés dans les plantes de surface. Les jeunes éclosent après 14 jours et doivent être nourris de fine nourriture d’élevage.

Repris de “Der Aquarien Freund” - Sept. 1972

Traduit de l’Allemand par E.Wilms – BKV.6

Retrouvez cette article dans la revue d’origine de 1975 (N°5) :

PDF - 2.5 Mo

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF