A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les archives > En 1975 > Un Nain – merveille de couleurs, Aphyosemion cyanostictum

Un Nain – merveille de couleurs, Aphyosemion cyanostictum

samedi 28 juin 2014

Un Nain – merveille de couleurs, Aphyosemion cyanostictum

Par Heinz O.Berkenkamp/Wilhelmshaven

En 1967, J.Lambert Ing. (Belgique) et le Dr. J. Gery (France) traitèrent des espèces d’Aphiosemion du Gabon dans une édition scientifique. En dehors des espèces de cette origine déjà connues des nouvelles sortes furent aussi décrites. Parmi ces nouveaux exemplaires se trouvaient deux formes naines qui déjà depuis 1972 étaient aussi répandues chez les aquariophiles. En janvier 1972, W.Herzog et F.Bochtler (membres du D.K.G) capturèrent ces deux formes naines au Gabon, accompagnées d’une nouvelle sous-espèce probable, ainsi que de formes éloignées et les ramenèrent vivantes.

Entretemps A. cyanostictum fut répandu, du moins de façon limitée chez les amateurs de curiosités. Je vous les présenterai plus en détail çi-après, en effet cette espèce qui n’atteint qu’environ 30mm , est magnifiquement colorée et convient particulièrement aux amateurs de très petits aquariums.

Un nom commum allemand n’est pas encore proposé pour A.cyanostictum. Celui qui, après quelques années d’aquariophilie veut vraiment s’appliquer un peu à la nomenclature des poissons, employera quand même le nom latin, celui-ci excluant toutes les confusions. Par la dénomination latine, non seulement les scientifiques mais aussi les amateurs du monde entier parlent la même langue. “Cyanostictum” signifie “taché de bleu” de telle sorte qu’on pourrait en déduire le nom suivant “ cyprinodonte tacheté de bleu”.

A. cyanostictum est originaire du Nord Gabon. Herzog et Bochtler trouvèrent ce nain dans le basin de l’Ivindo (au Nord-Est Gabon), 13 km. À l’ouest de Makokou le long de la route de Libreville, dans les eaux d’étiage des ruisseaux envahis de plantes et fortement ombragés de la forêt tropicale. Conformément à leur biotope, ils se présentent comme des pondeurs de plantes qui déposent leurs oeufs de préférence près du sol.

D’après ce qui a déjà été publié et mes propres expériences de reproduction,ce joli naim réclame une eau douce et fraîche

qui doit souvent être partiellement renouvelée. De cette façon seulement il sera productif. De plus, une nourriture vivante le plus diversifiée possible ne peut leur manquer. Pour vous donner une idée de la productivité de cette espèce , nous considérons que, récolter un oeuf sain par jour ,lors d’un triple changement d’eau journalier, est un bon résultat ; en effet, une grande partie de la ponte moisit déjà après quelques heures.

Pour obtenir un meilleur résultat, il y aurait semble-t-il intérêt à adopter al méthode dite “méthode de reproduction extensive”. Celle-ci consiste en un aquarium d’une cinquantaine de centimètre très densément planté avec quelques zones de nage et de fortes touffes de Riccia fuitans en surface.

Le sol sera de préférence recouvert de tourbe filamenteuse et de quelques coussins de mousse de Java “Vesicularia dubyana”. Comme plantation latérale, quelques variétés de Myriophyllum sont particulièrement appropriées. Un petit filtre intérieur maintiendra l’eau saine et complètera l’installation. Les soins ne seront pas difficiles dans une eau cristalline ayant pour coordonnées : une T° d’environ 24-26°, un pH aux environs ou mieux en dessous du neutre et une dureté de 5DH.

Avec la méthode précitée et vu que les oeufs pondus éclosent après 11 à 16 jours , on peut , après trois semaines, rechercher les premiers jeunes au moyen d’une cuillère dans la couche de plantes flottantes et les élever à part. Hélas ils grandissent très lentement et demandent une énorme dose de patience et d’attention de la part de l’éleveur.

Les couleurs et les nageoires vigoureuses des mâles adultes sont le véritable attrait de ce nain qui parade les nageoires presque toujours déployées. Les mâles bien développés présentent sur le corps et principalement sur les nageoires des petits points irréguliers bleu ciel à violet, sur un fond rouge brun à noir. Les femelles ont des nageoires plus petites et arrondies et le corps brun clair comme teinte de fond.

Quoiqu’une reproduction intensive soit un peu épineuses, je souhaiterai quand même une propagation étendue à ce joyau. Il est aussi payant, spécialement dans ce cas, de consacrer un aquarium aménagé de gros bosquets d’une élodée naines , Utricularia gibba.

Littérature :

Repris de ’Der Aquarien Freund” ,juin 1975

Traduit de l’Allemand par E.Wilms – BKV.6

Retrouvez cet article dans le dernier numéro de 1975

PDF - 3 Mo

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF