A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les archives > En 1976 > Aphyosemion cameronense (Boulenger,1903)

Aphyosemion cameronense (Boulenger,1903)

lundi 28 juillet 2014

Aphyosemion cameronense (Boulenger,1903)

Dia : E. Pürzl Texte : P.Watteeuw

Historique :

En 1903, Boulenger possédait 8 exemplaires récoltés par Bates en provenance de la rivière Kribi au sud du Cameroun et un exemplaire de la rivière Dja.

La rivière Kribi (Actuellement la Kienke) s’écoule dans la plaine cotière tandis que la Dja s’ecoule dans la région boisée du plateau intérieur.

Un an plus tard, Bates récolta d’autres spéciments dans la rivière Nyong.

En 1968, Scheel étudia la faune killihpile de Fernando Po et du Rio Muni : et en 1969, il approfondit son étude sur Fernando Po et la parie occidentale du Cameroun. De ces deux expéditions il ramena dix populations pouvant être référées à A. cameronense. Et notamment :

  • 2 souches du Roi Muni (Rio Benito et Rio Ecucu)
  • 5 souches de la région de Lolodorf
  • 2 souches du nord de la rivière Nyong Et il captura également un mâle à Mambanda près de Kumba.

A. cameronense est donc une espèce de l’ouest du Cameroun et du Nodr du Gabon, elle est sympatrique à A. exiguum sur le plateau intérieur, qui est remplacé par A.bivittatum dans les terres basses. Dans son biotope, A.cameronense préfère les parties ombragées et les marigots isolés, laissant les parties plus ouvertes du biotope aux espèces sympatriques ,c’est-à-dire A.exiguum et A.bivittatum.

Description du mâle :

Le corps du mâle est d’un bleu-vert brilant, tendant vers une teinte pourpre dans la partie ventrale, les flancs sont parsemés d’un nombre variable de lignes de points rouges. La dernière rangée de points est tellement dense qu’elle tend à former une bande rouge presque ininterrompue s’étendant depuis les nageoires pectorales jusqu’à la base de la caudale. (caractéristique similaire à celle de A. ndianum)

La dorale est de teinte bleu-verdâtre et est parsemée de nombreux points rouges et est bordée d’une frange jaune ou blanche.

L’anale de même teinte, ne possède que quelques points et est bordée d’une bande blanc-bleuté qui est sous-marginée d’une bande rouge. La caudale bleu-verdâtre à sa base , tend ç s’éclaircir vers son extrémité en un bleu transparent. Une bande blanchâtre à bleutée la borde en haut et en bas, ici également l’on rencontre une bande rouge sous-marginale pouvant être interrompue en haut et en bas. Celle en position basse étant plus nette que celle en position haute. (Ces bandes étant moins marquées chez le sous-phénotype A.obscurum (Ahl)).

Des marques rouges apparaissent dans l’alignement des rayons dans la partie bleutée de la nageoire caudale. Les ventrales de teinte bleu-vert possèdent un trait rouge. Les mâles peuvent atteindre 5,5cm.

Description de la femelle :

Corps de teinte brun-grisâtre. La dorsale de teinte marron possède une bordure dorée.

L’anale à la base du corps est bleu-verdâtre suivie d’une bande marron et est bordée de bleu-vert. La ventrale et les pectorales présentent une belle bordure bleu-verdâtre. Les femelles atteignent 5 cm.

Elevage :

Espèce calme, aimant la pénombre. Adore les larves de moustiques et toute autre nourriture vivante. S’avère être un excellent sauteur. Ce sont des pondeurs intermédiaires présentant une préférence pour le mop de surface. Les oeufs pondus ne sont pas nombreux, mais sont relativement gros. Eclosions entre 15 – 18 jours. Les jeunes grandissent relativement lentement.

Retrouvez l’article dans la première revue de 1976 :

PDF - 2.4 Mo

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF