A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > Variation génétique et forte structure des populations chez le killi d’eau (...)

Variation génétique et forte structure des populations chez le killi d’eau douce Valencia letourneuxi

jeudi 6 février 2014, par webmaster

Références
-*Titre d’origine : Reduced genetic variation and strong genetic population structure in the freshwater killifish Valencia letourneuxi (Valenciidae) based on nuclear and mitochondrial markers
-*Auteurs : Vogiatzi, E., Kalogianni, E., Zimmerman, B., Giakoumi, S., Barbieri, R., Paschou, P., Magoulas, A., Tsaparis, D., Poulakakis, N. and Tsigenopoulos, C. S.
-*Source : Biological Journal of the Linnean Society, 111 : 334–349. doi : 10.1111/bij.12206
-*Publication : © 2013 The Linnean Society of London
-*Langue : English

La variablité génétique de l’espèce menacé de killi de Corfu (Valencia letourneuxi) , une espèce de poisson d’eau douce endemique à l’ouest des Balkans, a été évaluée pour neuf populations échantillonnées dans 8 réseaux hydrographiques de l’ouest continentale de la Grèce, du Peloponèse et de l’ile ionienne de Corfu, en utilisant les marqueurs mitochondrials et microsatellite. Lea analyses étaient basées sur des données de trois regions mtDNA (D-loop, COI et 16S rRNA sequences) et 14 loci microsatellites. Des échantillons de l’espèce congénérique Valencia hispanica et de l’espèce phylogénétiquement proche Aphanius fasciatus ont aussi été utilisés dans l’étude comme exogroupes. Les deux analyses mitochondriale et microsatellite ont révélé trois groupe de populations distincts associés avec la distribution géographique des populations : un groupe "sud" occupant les systèmes fluviaux du golf PAtraikos , un secon inclus les popuplations des systèmes coulant dans le golf Amvrakikos et le troisième , plus au nord, reprenant les autres populations des rivières de l’ile de Corfu et de l’Epirus s’écoulant dans la mer Ionienne. A l’intérieur de ces groupes il y a une différentiation limitée entre les populations ; de plus, il existe des variations génétiques réduites au sein d’une même population, mises en évidence par des caleurs hétérozygotiques, un nombre d’allèles et une diversité haplotypique. En terme des implications taxonomiques et des actions appropriées de gestion pour la conservation , nos données suggèrent que les trois groupes principaux de populations devraient être regardés au moins comme 3 unités de conservation distinctes (CUs) avec des actions de déplacement et de restockage à prendre uniquement dans la zone géographique de l’unité de conservation concernées.
, with translocation and restocking actions to take place only within the geographical range of the CU concerned.

lien vers l’étude

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF