A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > Une nouvelle espèce unique du genre Aphanius Nardo, 1827 (Teleostei : (...)

Une nouvelle espèce unique du genre Aphanius Nardo, 1827 (Teleostei : Cyprinodontidae) du Sud de l’Iran : Un cas d’évolution regressive

samedi 8 février 2014, par webmaster

Une nouvelle espèce unique du genre Aphanius Nardo, 1827 (Teleostei : Cyprinodontidae) du Sud de l’Iran : Un cas d’évolution regressive

Références
-*Titre d’origine : A new and unique species of the genus Aphanius Nardo, 1827 (Teleostei : Cyprinodontidae) from Southern Iran : A case of regressive evolution
-*Auteurs : Azad Teimoria, Hamid Reza Esmaeilic, Dirk Erpenbecka, Bettina Reichenbacher
-*Source : Zoologischer Anzeiger - A Journal of Comparative Zoology Available online 11 January 2014
-*Publication : Copyright © 2013 Elsevier GmbH. All rights reserved.
-*Langue : English

Une spéciation basé principalement sur la vicariance a été suggéré pour le genre de killies Aphanius Nardo , 1827, mais les facteurs écologiques sont susceptibles d’avoir favorisé les processus de spéciation aussi . Ici, nous rapportons la découverte d’ une espèce unique d’Aphanius du sud de l’Iran et de nous montrons qu’une évolution régressive a aussi façonné la diversité actuelle des Aphanius . L’espèce est caractérisée par une absence totale d’écailles et une réduction de la biominéralisation des structures dures , en particulier des dents, de la mâchoire et du squelette caudal . Sur la base de séquences mtADN , morphométriques et de données méristiques , ostéologiques , sur les dents de la mâchoire et les otolithes , il est décrit comme Aphanius furcatus sp . n. La nouvelle espèce est sympatrique avec A. dispar ( Rüppell , 1829 ) dans les rivières salées et sources sulfureuses chaudes dans le bassin Hormouzegan ( sud de l’Iran ) , et est un taxon proche de cette espèce ainsi que A. ginaonis Holly, 1929. Basé sur des données géologiques , nous estimons que la divergence entre les lignées de A. furcatus et A. dispar est vieille d’environ 12-14 millions d’années . Nous concluons que les phénomènes réducteurs observés chez A. furcatus ont évolué comme une réponse évolutive aux conditions extrêmes de l’habitat afin d’ économiser de l’énergie ( car le stockage de Ca2 + n’est pas nécessaire ) , et de transporter l’oxygène efficacement . Les résultats confirment que l’évolution régressive est un facteur important dans la spéciation et se produit indépendamment de lignées distinctes .

Lien vers la publication anglaise

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF