A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Killies et écologie > La courbe adaptive à la LDH (lactate déshydrogénase) chez le Killi Fundulus (...)

La courbe adaptive à la LDH (lactate déshydrogénase) chez le Killi Fundulus heteroclitus reste stationnaire après 40 ans de réchauffement des estuaires

dimanche 16 mars 2014, par webmaster

La courbe adaptive à la LDH (lactate déshydrogénase) chez le Killi Fundulus heteroclitus reste stationnaire après 40 ans de réchauffement des estuaires

Références

-*Titre d’origine :
The Adaptive Cline at LDH (Lactate Dehydrogenase) in Killifish Fundulus heteroclitus Remains Stationary After 40 Years of Warming Estuaries

-*Auteurs :

Tina M. Bell,
Allan E. Strand and 
Erik E. Sotka

-*Source :  Journal of Heredity 10.1093/jhered/esu016First published online : March 11, 2014

-*Publication :  © The American Genetic Association 2014. All rights reserved

-*Langue : English

Résumé : Depuis les années 1970 , les températures de l’eau le long de la côte atlantique des États-Unis ont augmenté en moyenne de 0,5 ° C en été et de 2,2 ° C en hiver . En réponse , la distribution et l’abondance de plusieurs espèces littorales ont changé de façon spectaculaire , mais aucune étude n’a tenté de documenter si les populations de l’estuaire ont une évolution plus importante de leur tolérance therminique. Ici, nous réexaminons le déclin latitude classique à la lactate déshydrogénase (LDH ) chez le killi Fundulus heteroclitus qui a été initialement décrit par Dennis Powers et associés sur base d’échantillons prélevés entre 1970 et 1972 . En laboratoire et sur le terrain les preuves indiquent que les isoenzymes du nord et du sud de la LDH musculaire sont adaptés localement à des températures froides et chaudes , respectivement . Malgré le potentiel de réponse évolutive à ce locus d’adaptation , nous n’avons détecté aucun changement significatif du déclin de la LDH de 20 à 30 chez F. heteroclitus recueillies à chacun des 13 sites entre le début des années 1970 et 2010. Nous concluons que la microévolution de tolérance thermique mediée par le LDH n’a pas eu lieu , et que les shifts dans allèles sont trop incrémentales pour être distingués de processus aléatoires , ou que F. heteroclitus utilise les mécanismes génétiques et phénotypiques outre le LDH pour répondre à des eaux plus chaudes ..

Téléchargez l’article en Anglais

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF