A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > Sauter sans jambes : le stockage d’énergie élastique par la colonne vertébrale (...)

Sauter sans jambes : le stockage d’énergie élastique par la colonne vertébrale alimente-elle le saut terrestre chez les poissons osseux ?

jeudi 20 mars 2014, par webmaster

RéférencesAutomatic word wrap

  • Titre d’origine : Jumping sans legs : does elastic energy storage by the vertebral column power terrestrial jumps in bony fishes ?
  • Auteurs : Miriam A. Ashley-Rossa, Benjamin M. Perlmana, Alice C. Gibbb, John H. Long Jr.c
  • Source : Zoology Volume 117, Issue 1, February 2014, Pages 7–18
  • Publication : Copyright © 2013 Elsevier GmbH. All rights reserved
  • Langue : English

Résumé : Malgré l’absence de modifications anatomiques évidentes pour faciliter le mouvement sur terre, de nombreux petits poissons de lignées téléostéennes divergentes font de brèves incursions terrestres volontaires pour échapper à des conditions aquatiques pauvres ou pour poursuivre proies terrestres . Ces poissons produisent un comportement de saut par des "flips de la queue" coordonnés, dans lequel la flexion latérale du corps axial en forme de C , suivi par flexion controlatérale de l’axe du corps , propulse le poisson dans une trajectoire de vol balistique couvre une distance de plusieurs longueurs de corps . Nous nous demandons : comment les structures anatomiques qui ont évolué dans un habitat génèrent-elles un mouvement efficace dans un nouvel habitat ?
Dans ce contexte , nous avons supposé que les propriétés mécaniques du squelette axial jouent un rôle essentiel dans la production de mouvements efficaces sur terre , et que les espèces qui sautent par flip de la queue ont un stockage de l’énergie élastique amélioré grâce à une rigidité accrue à la flexion du corps ou une augmentation de la courbure du corps , par rapport aux espèces "non-sauteuses". Pour tester cette hypothèse , nous avons calculé un modèle pour prédire le travail de recul élastique de la morphologie de la colonne vertébrale ( neural et hématique ). De la force de réaction du sol ( GRF ) des mesures et vidéo haut débit , nous avons calculé le travail élastique de recul , la rigidité à la flexion et la rigidité du matériau apparent du corps pour Micropterus.salmoides ( un non - sauteur) et Kryptolebias marmoratus ( adepte "queue -flip" ) . Le modèle ne prédit pas de différence entre les deux espèces dans des travaux mémorisés par les épines vertébrales , et les données du GRF montrent qu’ils produisent la même amplitude de travail de recul élastique spécifique à la masse . Étonnamment , le non-sauteur M. salmoides a un corps plus rigide que l’espèces sauteuses K. marmoratus . De nombreuses espèces sauteuses par flip caudale possèdent les os hypurales fusionnées et agrandis qui soutiennent le pédoncule caudal ,ce qui suggère que les structures localisées , plutôt que l’ensemble du squelette axial , peuvent expliquer les différences de performances sur le sol .

Retrouvez l’article d’origine (en Anglais)

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF