A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > Les modèles de co-occurrences dans un métacommunauté de killies sont plus (...)

Les modèles de co-occurrences dans un métacommunauté de killies sont plus liées à la taille du corps que à l’identité de l’espèce

mercredi 9 juillet 2014, par webmaster

Références

  • Titre d’origine : Patterns of co-occurrences in a killifish metacommunity are more related with body size than with species identity.
  • Auteurs : Andrés Canavero, Daniel Hernández, Matías Zarucki and Matías Arim
  • Source : Austral Ecology Volume 39, Issue 4, pages 455–461, June 2014
  • Publication : © 2013 The Authors. Austral Ecology © 2013 Ecological Society of Australia
  • Langue : English

Résumé :La taille du corps peut être plus important que l’identité de l’espèce pour déterminer les interactions entre espèces et la structure des communautés. Cependant, la co-occurrence des organismes a souvent été analysé du point de vue taxonomique et la taille du corps est rarement pris en compte. À six reprises d’échantillonnage, nous avons analysé les modes de co-occurrences de killies dans des nestedness (sous-niches)(tendance pour les communautés moins riches d’être des sous-échantillons des plus riches), la structure en damier (tendance à la ségrégation des espèces), et la modularité (tendance pour les groupes de co-produire plus fréquemment que l’attente aléatoire) dans un étang méta-communautaire situé en Uruguay. Nous avons comparé les modèles de co-occurrence entre les espèces et les classes de taille du corps (individus de différentes espèces ont été regroupées en catégories de taille). L’analyse a été réalisée à deux échelles spatiales : les étangs (communautés) et les unités d’échantillonnage dans les étangs. Le sous-nichage "Nestedness"observé était souvent inférieure à l’attente (nul), avec des écarts beaucoup plus importantes pour les classes de taille du corps pour les espèces, et pour les unités d’échantillonnage que pour les collectivités. Au niveau de l’unité d’échantillonnage, les specimens ont tendance à se séparer (c.-à-d a se grouper dans un motif en damier) dans une large mesure par la taille du corps, plutôt que par la taxonomie. La modularité a rarement été détectée, mais a néanmoins indiqué un niveau d’organisation taxonomique pas évident dans les indices "nestedness" ou damier. L’identification de l’échelle spatiale et l’organisation à laquelle les forces écologiques déterminent la structure des communautés est une condition fondamentale pour l’avancement d’une théorie robuste. Dans notre système d’étude, ces forces écologiques vont probablement structurées la communauté par la taille du corps des organismes en interaction plutôt que par les identités des espèces.

Lien vers l’article d’origine (en Anglais)

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF