A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > La diversité génétique et de l’histoire des populations du killi en voie (...)

La diversité génétique et de l’histoire des populations du killi en voie d’extinction Aphanius baeticus

jeudi 14 août 2014, par webmaster

Références

Titre d’origine : Genetic Diversity and Population History of the Endangered Killifish Aphanius baeticus
Auteurs : Elena G. Gonzalez, Carlos Pedraza-Lara and Ignacio Doadrio
Source : Journal of Heredity Volume 105, Issue 5
Publication :© The American Genetic Association 2014. All rights reserved
Langue : English
Résumé : La faune de poissons d’eau douce secondaires du bassinde la Péninsule ibérique-ouest est principalement limités aux cours d’eau côtiers locaux, et aux bassins d’évaporation du sel construit par l’homme, etc , qui sont sensibles aux inondations et à la sécheresse périodiques. Malgré son caractère unique dans l’adaptation écologique à une haute tolérance de l’eau salée, on sait très peu sur la dynamique des populations de cette faune et l’histoire de l’évolution. Le killi, Aphanius baeticus (Cyprinodontidae) est une espèce endémique limitée à des bassins hydrographiques sur la côte atlantique du sud de l’Espagne, considéré comme « en danger ». Dans cette étude, la structure génétique, la diversité et la démographie historique de A. baeticus ont été analysés à l’aide de marqueurs mitochondriaux (cytochrome b, N = 131) et nucléaires (4 sur 19 microsatellites testés, N = 288) à travers son aire de répartition. La phylogénétique et reconstruction des réseaux a révélé une structuration phylogéographique subtile. Une expansion diffusée au début des périodes interglaciaires, couplé à des événements postérieurs d’extinction et de colonisation causée par des cycles périodiques d’inondations, pourrait expliquer l’absence de relations phylogénétiques bien définies entre les populations. En outre, de très faibles valeurs de la diversité génétique et une différenciation des populations faibles ont été détectés. Nous avons proposé que les dispersions autorisées par les inondations périodiques de connexion bassins fluviaux ont peut-être favorisé un large échange génétique entre les populations et pourraient avoir contribué à la parenté génétique actuelle de ces populations.

Retrouvez l’article d’origine (en Anglais)

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF