A.K.F.B
Association Killiphile Francophone de Belgique

Accueil > Quoi de neuf ? > Dans les publications > 2014 > Un aperçu des changements génomiques accompagnant la divergence : les cartes (...)

Un aperçu des changements génomiques accompagnant la divergence : les cartes de liaison génétique et la synténie entre Lucanie goodei et L. parva révèle un fusion robertsonienne

lundi 1er septembre 2014, par webmaster

Références

Titre d’origine : Insight Into Genomic Changes Accompanying Divergence : Genetic Linkage Maps and Synteny of Lucania goodei and L. parva Reveal a Robertsonian Fusion
Auteurs : Emma L. Berdan, Genevieve M. Kozak, Ray Ming, A. Lane Rayburn, Ryan Kiehart, and Rebecca C. Fuller
Source : G3 (Bethesda). Aug 2014 ; 4(8) : 1363–1372
Publication :US National Library of Medicine National Institutes of Health
Langue : English
Résumé : Les cartes de liaison sont des outils importants dans la génétique évolutive et dans les études de spéciation. Nous avons effectué une étude de caryotype et construit des cartes de liaison à haute densité pour deux espèces de killies étroitement liées, Lucania parva et L. goodei, qui diffèrent de la tolérance à la salinité et encore s’hybrident dans leur zone de contact en Floride. Utilisation SNP de contigs HNE orthologues, nous avons comparé la synténie entre les deux espèces afin de déterminer comment l’architecture génomique a changé la divergence. Le caryotype a révélé que L. goodei possède 24 chromosomes acrocentriques (1N), tandis que L. parva possède 23 chromosomes (1N), dont l’un est un grand chromosome métacentrique. De même, un seul nucléotide polymorphisme cartes liaison basé à haute densité ont indiqué 24 groupes de liaison pour L. goodei et 23 groupes de liaison pour L. parva. Cartographie Synténie révélé deux groupes de liaison dans L. goodei qui étaient très synténique avec le plus grand groupe de liaison dans L. parva. Ensemble, ces éléments de preuve pointe vers le plus grand groupe de liaison dans L. parva étant le résultat d’une fusion chromosomique. Nous avons comparé en outre synténie entre la Lucanie avec le génome d’un médakas rapport téléostéens plus lointain (de Oryzias latipes) et nous avons trouvé une bonne conservation de synténie au niveau chromosomique. Chaque Lucania LG avait un seul meilleur match de chaque chromosome de médakas. Ces résultats fournissent les bases pour de futures études sur l’architecture génétique de l’isolement reproductif et tolérance à la salinité en Lucanie et autres Fundulidés.

Retrouvez l’article d’origine (en Anglais)

Sauvegarder cet article au format PDF: Enregistrer au format PDF